haut de la page haut de la page

Association de visibilité et de lutte contre les discriminations fondées sur le genre, le sexe et l’orientation sexuelle

Page d'Accueil

Rechercher :
Journée Nationale du souvenir (...)
Comme c’est le cas depuis plusieurs années, En Tous Genres a été officiellement invitée à participer aux cérémonies qui auront lieu dimanche à l’occasion de "la Journée Nationale du souvenir des victimes et héros de la Déportation". Nous vous invitons (...)

 

Agrandir la vidéo
Voir toutes les vidéos
Être informé-e :
pour être tenu-e au courant par e-mail des informations et des activités de l'association

Interventions en Milieu Scolaire
Parce que l’homosexualité demeure encore un motif de discrimination, d’exclusion, d’agression autant qu’un sujet tabou, Parce que les différentes formes d’homophobie ou de lesbophobie et leurs conséquences sont encore insuffisamment (...)
Film de Shams : "Au pays de la (...)
Un film documentaire produit par l’association Shams décrivant la situation de la communauté LGBT+ en Tunisie. http://www.shams-france.org/ https://www.facebook.com/shamsfranc...
Nos partenaires :
Accueil > Agenda > Agenda des interventions de l’association > Pas plus de débat que de respect chez les opposants au projet de loi (...)

Pas plus de débat que de respect chez les opposants au projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption à tou-te-s

Un débat est un échange réciproque d’arguments et non, comme cela a été le cas, propos discriminatoires (côté opposants) et arguments (côté partisans de l’égalité).

Il n’est pas possible de parler de (lire la suite...)

Un débat est un échange réciproque d’arguments et non, comme cela a été le cas, propos discriminatoires (côté opposants) et arguments (côté partisans de l’égalité).

Il n’est pas possible de parler de débat, tant à l’assemblée nationale que dans la rue, lorsque les opposants ne font que lancer des injures (pédophiles, zoophiles,...) et des lapalissades ne menant nulle part ("y’a pas d’ovule dans les testicules" - sauf à constater une fois de plus leur sexisme et leur lesbophobie).

L’énergie et les moyens financiers considérables que mettent les opposant-e-s pour pouvoir déverser à l’infini sur la voie publique leurs sacs d’insanités est symptomatique de la haine qu’ils ont pour les personnes LGBTI et leurs familles.
Prenons le cas de la manif du 2 février dernier à Poitiers où leur tête d’affiche était un élu de la "3e circonscription UMP de la Vienne", cette dernière est inscrite depuis plusieurs mois au sein d’un groupe Facebook explicitement nommé "Tous/Toutes contre l’homosexualité". Cet exemple est particulièrement révélateur, à moins de vouloir faire croire que l’on puisse être contre la peau noire sans être raciste ou que le nom d’un groupe facebook est le résultat d’une loterie.

Ce pseudo-débat a toutefois eu le mérite de faire sortir le loup du bois : il a pu être salvateur pour certains d’entendre l’homophobie exprimée par les opposants au mariage, nous pensons en l’occurrence aux catholiques qui ont dû se positionner contre les propos d’un Barbarin -
ou, à l’inverse, de voir le maire UMP du Havre voter pour le projet de loi et déclarer qu’il sera fier de marier personnellement son premier couple homo, au grand dam de la bourgeoisie locale...

Nous ne nous faisons aucune illusion sur le fait que ce sera ce même type de pseudo-débat qui aura lieu à l’automne lorsqu’il sera question de la filiation et de l’ouverture de la PMA aux lesbiennes. Nous ne pouvons d’ailleurs que constater la mauvaise foi de ceux qui demandent du temps pour en discuter. (cf sondage sur la PMA début février réalisé par le Huffington Post).

Les discriminations perdurent et se sont même amplifiées ces derniers mois en donnant à voir et à entendre une homophobie latente (dans les familles, au travail comme dans divers lieux de vies collectives), ce que constatent chaque jour (à travers leurs permanences, lignes d’écoutes et lieux d’accueil) les associations "SOS homophobie", "Le Refuge" ainsi que les associations LGBTI locales comme En Tous Genres.

Il y a urgence à faire respecter les lois en vigueur (propos homophobes, harcèlement sexuel dans sa double définition, injures, discriminations salariales...). Comme l’indique clairement les textes en vigueur, cette question ne relève pas des seul-e-s associations LGBTI mais de tous les acteurs de la vie sociale. Nous constatons beaucoup trop de complaisances et/ou de passivité au sein de multiples institutions privées et publiques.

Nier l’existence d’une personne est une attitude très violente. Si les opposant-e-s sont malheureusement loin d’être les seul-e-s à se livrer à ces démonstrations de lesbophobie, chez eux en l’occurrence, elles sont également un signe supplémentaire (avec leur refus de la laicité, de l’IVG, de toute PMA...) de leur volonté d’imposer le retour vers le système patriarcal des siècles passées.

Répondre à cet article

| Nous contacter | Association En Tous Genres | Suivre la vie du site RSS 2.0
N° Siret: 49512580900014